Se débarrasser des ravageurs du maïs

Se débarrasser des ravageurs du maïs
Georg-August-University
Göttingen , Germany
Mesures industrielles

Appareils de mesure du CO2 Vaisala utilisés dans la recherche de pointe

Nous sommes de plus en plus conscients des problèmes causés par les émissions de CO2 dans l'air et de l'effet de serre résultant. Mais le CO2 n'est pas limité à l'air. Il existe un certain nombres d'applications dans lesquelles le CO2 est produit par respiration du sol, des micro-organismes et des racines. Dans le cas présent, nous nous portons sur une application consistant à mesurer la respiration des racines du maïs.

L'UNIVERSITÉ GEORG-AUGUST DE GÖTTINGEN EN ALLEMAGNE utilise une version à pompe de l'instrument de mesure portable du dioxyde de carbone Vaisala CARBOCAP® de la série GM70 pour ses tests effectués sur le terrain. L'objectif du projet de recherche est d'éliminer les larves d'une espèce particulière d'insectes qui agissent sous terre.

Dr. Möser, un scientifique de l'institut de pathologie et de protection végétale de l'université explique : « Les larves de cet insecte qui agit sous terre suivent souvent les gradients de CO2 produits par les racines des plantes pour trouver celle qui les abritera, la plante hôte. C'est aussi le cas de la chrysomèle occidentale des racines du maïs.  Cet insecte a causé le plus de ravages dans la production de maïs depuis les années 50, entraînant des pertes financières de plus d'un milliard par an du fait de la baisse de rendement et du coût de la protection végétale. Cette chrysomèle a envahi l'Europe au début des années 90 et depuis, elle s'est répandue dans la toute l'Europe Centrale. »

Corn

Besoin urgent de méthodes de contrôle en Europe

« Il a été estimé que les frais imputés à l'agriculture européenne dépasseront le million d'euros par an quand la chrysomèle occidentale des racines du maïs aura atteint sa prolifération maximum. Les principales méthodes de contrôle sont des insecticides pour sol et le maïs Bt génétiquement modifié mais ces options sont actuellement interdites en Europe. Il est urgent de trouver d'autres moyens de contrôle pour les agriculteurs européens, » dit Dr. Möser.

Une alternative est d'empêcher les larves de trouver une plante hôte. Pour interrompre la localisation d'une plante hôte, il faut produire artificiellement un gradient de CO2 plus fort. Une fois ces gradients bien établis, les larves ne pourront plus localiser leur plante hôte et mourront de faim.

« À l'heure actuelle, nous analysons des sources de CO2 novatrices qui produisent un gradient élevé pendant longtemps.

Pour cette étude, il est nécessaire de comprendre la propagation du CO2 le long d'un gradient produit par les racines des plantes et des sources artificielles. »

Pour atteindre leurs objectifs, les scientifiques de l'université de Göttingen font confiance aux instruments de mesure du CO2 Vaisala. La version à pompe de l'instrument de mesure du dioxyde de carbone leur permet de collecter des valeurs à différentes distances des racines du maïs et de calculer avec précision le gradient de CO2.
 
L'article a été publié pour la première fois dans les Vaisala News 177/2008 (par Michael Kalkum, Ingénieur des ventes, Vaisala Hamburg, Allemagne).Sources : Dunger,W./Fiedler : Methoden der Bodenbiologie, interview effectuée par Sebastian Schimmack et Michael Kalkum avec Dr. Möser et Prof. Dr. Vidal

From left to right: Dr. Möser, Prof. Dr. Vidal, Mr. Kalkum and Mr. Schimmack
De gauche à droite : Dr. Möser, Prof. Dr. Vidal, M. Kalkum et M. Schimmack.