blog

Descendre en dessous de zéro - comment le biométhane peut aider le monde à atteindre une énergie zéro carbone

Équipe Biogaz et Biométhane inspectant un site
Antti Heikkilä
Product Manager
Published: May 31, 2021
Biogaz

L'UE célèbre la Semaine verte et s'efforce de faire adopter des objectifs contraignants pour s'éloigner des énergies fossiles. Des biocarburants durables tels que le biométhane sont nécessaires et disponibles dès aujourd'hui pour commencer à réduire l'empreinte carbone de la chaleur et des transports. Une grande partie de cette poussée pourrait provenir du biométhane. Le biogaz se développe et peut produire à la fois de l'électricité et de la chaleur à partir de déchets organiques.

Le biométhane utilisé comme carburant se développe encore plus rapidement. Le biométhane est du biogaz valorisé, qui a été purifié à une concentration élevée, sans l'utiliser pour l'électricité ou la chaleur. Le biométhane est l'alternative riche en énergie et sans énergie fossile au gaz naturel. Vaisala est fier de pouvoir contribuer à ce développement.
 

Alors comment atteindre le zéro carbone ?

Même si chaque petit geste compte, des changements majeurs sont nécessaires. Les objectifs ambitieux d'atteindre le zéro carbone, c'est-à-dire d'éviter les émissions de gaz à effet de serre, sont réalisables en combinant réflexion ambitieuse et application pratique. En d'autres termes, en combinant l'utilisation d'énergies renouvelables et l'efficacité des ressources et de l'énergie en général.

Parlons un peu de la quantité de biodéchets. Actuellement, environ 98 % sont, pour le dire crûment, inexploités. Aucune partie du carbone n'est capturée, encore moins convertie en énergie renouvelable sous forme de biométhane. Si nous pouvions en capturer la majorité, le monde serait différent.

Alors comment y parvenir ?

Trois pistes de développement intéressantes

Premièrement. Utilisation du traitement des eaux usées. La biométhanisation des solides produits dans ce processus constitue une réponse facile à la production de plus de biogaz et de biométhane utilisable comme carburant. De plus, les solides restants de ce processus peuvent à leur tour être utilisés comme engrais, ce qui réduit encore le besoin d'exploiter des engrais synthétiques, tout en atténuant, voire même en inversant, les processus d'épuisement du sol de ses nutriments naturels.

Deuxièmement. Construire davantage d'usines extrayant de d'énergie à partir de déchets (EfW). Les déchets solides municipaux (DSM) et les boues d'épuration des eaux usées sont les principales sources de transformation en biogaz et de valorisation en biométhane. Ils constituent une grande partie des déchets qui sont produits chaque jour. En tant que ressource, elle est toujours disponible à toutes fins utiles et ce, à un coût négatif, c'est-à-dire que vous êtes payé pour la recevoir.  Le reste consiste à la traiter efficacement - jusqu'à obtenir du biométhane utilisable comme carburant qui peut être vendu, injecté dans les réseaux de gaz nationaux ou transporté dans des réservoirs. 

Troisièmement.  Utilisation du gaz de décharge pour le chauffage et l'électricité. La plus traditionnelle des trois méthodes continuera à jouer son rôle, en aidant à convertir directement les déchets municipaux en énergie et en chaleur utilisées par ces mêmes municipalités. Cela ne peut plus être le premier et le seul choix car d'une part, les décharges traditionnelles sont devenues obsolètes depuis longtemps et d'autre part, l'idée générale de brûler du biogaz brut pour produire de l'énergie avec un moteur de cogénération est beaucoup moins économe en énergie que de le transformer directement en biométhane à utiliser comme carburant, d'autant plus que d'autres sources d'électricité renouvelables telles que l'éolien et le solaire se répandent de plus en plus. De plus, le dernier point permet également au biométhane de jouer un autre rôle : capturer le surplus d'électricité à partir des sources renouvelables susmentionnées via le processus Power-to-gas ou P2G.
 

Économie de gaz non fossile

Cela nous amène à la conclusion. Une économie de carburant vert. Des pays comme la France qui vise à éliminer le gaz d'origine fossile d'ici 2035 ainsi que le Royaume-Uni et les États-Unis qui cherchent à augmenter leur production de biométhane de plusieurs ordres de grandeur au cours des prochaines décennies, ouvrent la voie vers un avenir moins nocif. 

Les deux premières pistes ci-dessus devraient se développer fortement lorsque les gouvernements nationaux créeront des incitations et des programmes pour augmenter la production directe de biométhane à partir des déchets ; la troisième piste quant à elle ne sera pas abandonnée de sitôt. 

Nous pensons que les développements présentés ici sont à la fois nécessaires et positifs, et nous sommes fiers de pouvoir fournir des instruments de mesure aux entreprises et aux services publics qui croient en l'énergie verte.
 

Ajouter un nouveau commentaire