blog

Obstacles courants lors de l'installation des capteurs extérieurs CVC

Obstacles courants lors de l'installation des capteurs extérieurs CVC
Directeur produit senior
Lars Stormbom
Directeur produit senior
Published: Jan 13, 2020
Bâtiments et qualité de l'air intérieur
Mesures industrielles

Il s'agit ici du troisième d'une série de trois blogs sur les obstacles courants rencontrés lors de l'installation de capteurs CVC, et plus particulièrement sur les erreurs de mesure physiques dues à un montage incorrect. Ce blog est consacré aux capteurs extérieurs d'humidité et de CO2. Les capteurs extérieurs sont sensibles au changement de temps et au rayonnement solaire, et sont installés en moindre nombre , ce qui signifie qu'il suffit de quelques erreurs de montage pour fausser le résultat global. 


Rayonnement solaire

Il est important d'avoir un capteur muni d'un bouclier anti-rayonnement adéquat – si vous utilisez un bouclier anti-rayonnement solaire de mauvaise qualité, les capteurs se réchaufferont sensiblement, causant des erreurs de mesure. Il est donc important de vérifier que le dessous des plaques du bouclier anti-rayonnement est noir. Voir la figure 1 ci-dessous.

Black undersides in a radiation shield.
Figure 1: Black undersides in a radiation shield.

 

Si le dessous de ces plaques est blanc, le bouclier anti-rayonnement ne fonctionnera pas correctement, ce qui augmentera l'effet du rayonnement solaire.  Les boucliers anti-rayonnement étant également sujets aux salissures, surtout dans les environnements urbains, ce qui aggrave le réchauffement, il est recommandé de nettoyer le bouclier anti-rayonnement et le capteur de temps à autre afin d'assurer la précision des mesures.


Emplacement

Pour diminuer les effets de la chaleur, les capteurs CVC extérieurs devraient être montés dans un endroit où l'air et le vent peuvent circuler librement, dans le meilleur des cas sur un mât, loin des bâtiments, ou sur le toit. Pour les capteurs muraux, il est recommandé de choisir une paroi face au nord. Néanmoins, les murs se réchauffent sous l'effet du rayonnement solaire, augmentant la température de l'air environnant qui s'infiltrera dans le capteur, causant des imprécisions. Évitez les surfaces sombres, et n'installez pas les capteurs sous les avant-toits bien que ce soit parfois recommandé par certains fabricants qui ne prévoient aucun bouclier de rayonnement correct pour leurs produits. Ils visent à réduire les effets du rayonnement solaire en veillant à ce que leurs capteurs ne soient pas exposés aux rayons directs du soleil. Mais en fait, la lumière du soleil réchauffe le mur, et l'air chaud s'accumule sous les avant-toits, causant des résultats qui ne sont ni précis, ni fiables.


Conduits d'évacuation

Une fréquente erreur d'installation consiste à monter un capteur extérieur un peu trop près d'un conduit d'évacuation. L'air à évacuer s'infiltre alors dans votre capteur extérieur, qui le mesure et non les conditions ambiantes. 

Si vous mesurez le dioxyde de carbone à l'extérieur pour équilibrer vos débits d'air, vous devriez éviter les espaces morts : un bon flux d'air a une importance vitale. C'est une erreur que l'on trouve souvent dans les parkings. Les voitures produisent énormément de dioxyde de carbone, et si vous avez un espace mort, vous risquez d'avoir des concentrations de CO2 élevées qui ne sont pas représentatives de la concentration d'air extérieur. Si vous mesurez le CO2 extérieur, il est recommandé de poser les capteurs dans un endroit ouvert et près d'une ouverture d'aération. 

Le CO2 est mesuré pour obtenir de bons débits d'air dans les locaux fermés. La différence entre les concentrations de CO2 à l'intérieur et à l'extérieur est un indicateur de l'occupation – le nombre de personnes qui se trouvent dans l'espace que vous essayez de contrôler. Par exemple, si vous avez un capteur de CO2 extérieur, le trafic routier augmentera le niveau de CO2 . Ce niveau est comparé au résultat indiqué par un capteur de CO2 intérieur, qui pourrait être installé par exemple dans un conduit d'air de retour (figure 2).

High CO2 conditions are being measured by an outdoor sensor, with lower levels being recorded by an indoor sensor installed in the return air duct.
Figure 2: High CO2 conditions are being measured by an outdoor sensor, with lower levels being recorded by an indoor sensor installed in the return air duct.

 

La différence réelle entre ces deux capteurs que vous essayez généralement de maintenir à une valeur inférieure à 600 ppm, sert à déterminer la quantité d'air frais extérieur nécessaire et dans quelle mesure elle doit être reconditionnée pour obtenir une concentration d'humidité et une température correctes. En évitant d'utiliser trop d'air frais, vous pouvez économiser parfois beaucoup d'énergie, surtout si vous devez déshumidifier énormément l'air avant de pouvoir l'utiliser. 

Il est recommandé de choisir un capteur de CO2 de qualité élevée, conçu pour un usage extérieur, et d'utiliser son signal pour équilibrer les différentes zones situées à l'intérieur de votre bâtiment, chacune ayant son propre capteur intérieur. Ceci vous aidera à maintenir votre capteur extérieur en bon état. Autrement dit, cela vaut la peine d'investir dans un capteur de qualité, qui ne dérivera pas au fil du temps. Étant donné que la plage de mesure nécessaire à l'extérieur est relativement petite, votre capteur devra également entièrement compenser les variations de la température. Il devra aussi être plus précis et plus stable que les capteurs réservés aux mesures intérieures. Si le capteur de CO2 extérieur dérive, cela changera les flux d'air acheminés vers le bâtiment. 

Climat

Il ne fait pas toujours beau. Parfois, il pleut ou neige, sans oublier les autres facteurs météorologiques à prendre en compte. Par exemple, quand il pleut, l'eau entrera en contact avec le capteur, ce qui risque de causer des dérives ou une humidité trop élevées. Si l'air circule correctement, l'eau s'évaporera et les mesures seront fiables. Mais si vous avez besoin de résultats exacts à 100 pourcent dans des applications critiques, vous pouvez également envisager une configuration qui inclut un réchauffement de la sonde. Ainsi, le capteur sera toujours sec, mais nécessitera aussi une mesure séparée de la température car le capteur réchauffé ne mesurera pas la température ambiante correctement, uniquement l'humidité. Outre la pluie, il peut y avoir du vent. Le capteur doit donc pouvoir résister au givre et aux vents forts. La figure 3 présente un capteur extérieur avec un une grande formation de glace suite à un test de pluie glacée – je suis particulièrement fier de déclarer que les capteurs Vaisala maîtrisent aisément ce genre de traitement. 

An outdoor sensor completely covered in ice after a freezing rain test
Figure 3:  An outdoor sensor completely covered in ice after a freezing rain test.


En choisissant un capteur de qualité, spécialement conçu pour un montage extérieur, vous serez bien équipé pour faire face au mauvais temps.
 

Ajouter un nouveau commentaire